A book #11

 

Retrouvez dans cette rubrique un livre qui ne manquera pas de vous cultiver

Find in this section an instructive and entertaining book

 

Pierre Rabhi a en effet vingt ans à la fin des années cinquante, lorsqu’il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu’ont largement commencé à dessiner sous ses yeux ce que l’on nommera plus tard les Trente Glorieuses. Après avoir dans son enfance assisté en accéléré, dans le Sud algérien, au vertigineux basculement d’une pauvreté séculaire, mais laissant sa part à la vie, à une misère désespérante, il voit en France, aux champs comme à l’usine, l’homme s’aliéner au travail, à l’argent, invité à accepter une forme d’anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique, point de dogme intangible. L’économie ? Ce n’est plus depuis longtemps qu’une pseudoéconomie qui, au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l’humanité en déployant une vision à long terme, s’est contentée, dans sa recherche de croissance illimitée, d’élever la prédation au rang de science. Le lien filial et viscéral avec la nature est rompu ; elle n’est plus qu’un gisement de ressources à exploiter – et à épuiser. Au fil des expériences de vie qui émaillent ce récit s’est imposée à Pierre Rabhi une évidence : seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d’une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cet ordre anthropophage appelé « mondialisation. » Ainsi pourrons-nous remettre l’humain et la nature au coeur de nos préoccupations, et redonner, enfin, au monde légèreté et saveur.

Pierre Rabhi was twenty years old at the end of the fifties, when he decided to escape, by a return to the earth, the off-ground civilization that began to draw under his eyes what will be called later the Glorious Thirties. After his childhood in southern Algeria where he attended the vertiginous changeover of a secular poverty leaving his part to life, to a desperate misery, he sees in France, in the fields as in the factory, man alienating himself to work, money, and invited to accept a form of personal annihilation for the sole purpose of running the economic machine : intangible dogma. The economy? For a long time now it has only been a pseudoeconomy that, instead of managing and distributing the common resources to humanity by deploying a long-term vision, in its search for unlimited growth, just risen predation to the rank of science. The filial and visceral connection with nature is broken; it is no more than a reservoir of resources to exploit - and exhaust. Through his life experiences that punctuate the story, an obviousness has imposed itself on Pierre Rabhi : only the choice of moderation of our needs and desires, the choice of voluntarily consented liberating sobriety, will break with this cannibal standard called "globalization". So we can put the human and nature at the heart of our concerns, and eventually give back to the world its lightness and flavor.

 

To find the book and read more : Vers la sobriété heureuse

 
A bookSébastien Leroy