Casa Vanella

 

Interview with Jean-François Luciani and Orma Architettura  · Photographs by Philippe Pierangeli

 
 @ Philippe Pierangeli 

@ Philippe Pierangeli 

QUI EST EN CHARGE DE LA TABLE D’HÔTES ?

Jean-François : Actuellement c’est un cuisinier italien qui s’occupe d’élaborer les repas, Lucas. Il prépare rarement ses plats à base de crème fraîche car il n’aime pas ça, bien que ça puisse arriver. Je préfère avoir un méditerranéen en cuisine.

COMMENT AS-TU RENCONTRÉ LUCAS ?

Jean-François : Je l’ai rencontré alors qu’il travaillait dans un centre équestre. Pour te raconter, un sentier de la vallée n’était plus entretenu et j’avais envie de le rouvrir, car c’est un superbe endroit pour se balader. Je lui ai proposé de le nettoyer afin qu’on puisse de nouveau se promener, lui à cheval, et moi à pied. Lucas a été très consciencieux, et à cette époque je cherchais quelqu’un pour occuper un poste en cuisine. Je lui ai proposé et il m’a répondu qu’il aimerait bien essayer. Il faut dire qu’il avait déjà travaillé dans les Alpes pour plusieurs refuges d’altitude au même poste que je lui proposais.

LA CUISINE DE LA CASA VANELLA PUISE UNE PARTIE DE SON HÉRITAGE DANS LA RÉGION DU NIOLU. PEUX-TU NOUS DIRE NÉANMOINS COMMENT EST-CE QU’ELLE ÉVOLUE AU FIL DU TEMPS ?

Jean François :
 Lucas n’étant pas français il a apporté avec lui ses recettes, sa culture culinaire. Après, il est vrai que la cuisine va évoluer en fonction des produits qu’il a à sa disposition. Le jour même nous ne savons pas ce que nous allons préparer, et ça se traduit par des repas différents tous les soirs ou presque. On peut dire que c’est du cousu mains, car il faut également composer avec les gens que nous accueillons. Certains sont végétariens, d’autres ne mangent pas de viande, d’autres pas de gluten, puis d’autres encore sont allergiques aux noix, puis au vinaigre [rires].

QUELLES DÉMARCHES ONT ÉTÉ ENTREPRISES AFIN QUE LA MAISON D’HÔTES SOIT RESPECTUEUSE DE L’ENVIRONNEMENT ?

Jean-François : Si cela avait été possible j’aurais aimé n’avoir que des matériaux traditionnels. Malheureusement ce n’est pas évident car les artisans n’ont pas toujours les techniques, ils ne sont pas forcément à proximité, et surtout ne peuvent pas, parfois, réaliser notre commande dans les délais que l’on souhaite. Malgré cela des démarches ont été entreprises afin que la bâtisse ait un impact limité sur l’environnement. Tout d’abord, l’isolation a été renforcée. Le petit poêle que j’ai dans la nouvelle annexe est suffisant pour chauffer l’intégralité de la surface, ce qui permet aujourd’hui de consommer moins d’électricité qu’auparavant. Ensuite, l’eau chaude de la maison est produite par des panneaux solaires qui sont disposés sur le toit. Nous utilisons du liquide vaisselle et de la lessive biodégradable. Et pour finir, bien que dans le Niolu nous n’ayons pas de conteneurs pour réaliser notre tri sélectif, je m’organise malgré tout pour faire mon possible. On peut toujours mieux faire, mais j’essaie de réaliser ce que je peux avec mes moyens et mes connaissances.

QUALE S’ACCUPPA DI U TAVULINU D’OSPITI ?

Ghjuvan'Francescu : Avà hè un cucinaru talianu chì s’accuppa di fà à magnà, Lucca. Scucineghja pocu cù a crema fresca chì ùn li piace tantu, ancu s’ella li pò accade. Priferiscu avè un meditteraneanu in cucina.

CUMU L’AI SCONTRU À LUCCA ?

Ghjuvan'Francescu : L’aghju scontru quand’ellu travagliava in centru cavallinu. Pà dì la ti franca, un chjassu di a valle ùn era più nettu è eru in quella di riapre lu, chì ghjè un locu magnificu pà spassighjà. Li aghju prupostu di nittà lu da ch’è no possimu viaghjà, ellu à cavallu, eiu à pedi. Lucca hè statu assai minuziosu, è à st’epica, circavu à calchissia in carica di a cucina. L’aghju prupostu è mi hà dettu ch’ellu vurria bè pruvà. Ci vole à dì ch’ellu avia aghjà travagliatu in l’Alpe in parechji rifughji di muntagna fendu listessu affare.

A CUCINA FATTA À A CASA VANELLA HÈ IMPASTATA DI CUCINA NIULINCA. MA AVARÀ CUNNISCIUTU UN’EVOLUZIONE À FILU DI U TEMPU ?

Ghjuvan'Francescu : Cum’è Lucca ùn hè francese hà purtatu cun ellu e so sosule è i so usi di cucina. Dopu, hè vera chì u magnà prupostu hà da cambià sicondu a robba ch’ellu hà sottu à a manu. U ghjornu stessu, ùn sapemu micca ciò ch’è no avemu da priparà, è tandu si cambia di ripastu d’una sera à l’altra. Si pò dì, chì hè tutta robba è fattura casana chì ci vole à tene contu di a ghjente accolta. À chì hè vegetarianu, à chì ùn magna carre, à chì micca glutenu, à chì hè allergicu à e noce po l’acetu.

CHÌ DIMARCHJE AVETE FATTU DA CHÌ A CASA D’OSPITI SIA RISPITTOSA DI L’EMBIU ?


Ghjuvan'Francescu : Quant’ellu era pussibule avaria vulsutu avè materiali tradiziunali, è basta. Par sfurtuna ùn hè cusì faciule chì l’artigiani ùn anu micca sempre e manere di fà, ùn sò micca sempre vicinu vicinu, è sopratuttu ùn ponu compie a nostra cumanda in tempu è in ora, cum’è no vurriamu. È puru dimarchje sò state indiate da chì a casa abbia un impattu limitatu à nantu à u nostru embiu. Prima l’isulazione hè stata rinfurzata. A piccula stufa ch’e aghju in u novu appicciu basta pà scaldà tuttu, ciò chì parmette di frazà menu eletricità cà nanzu. Dopu l’acqua calda di a casa hè prudutta da pannelli sularii chì sò sposti à nantu à u tettu. Adupremu savone liquidu è lisciva bio-sdrughjevule. È pà compie, puru in Niolu ci mancanu i stagnoni di trascelta, faciu tuttu ciò che possu, pà fà lu. Omu si pò sempre miliurà, ma provu à fà ciò ch’e possu cù i mezi è u me sapè.

 
Casa Vanella carte (Mediterranean Citizens Story).jpg
 
 

LE CHOIX D’UN CABINET D’ARCHITECTURE INSULAIRE S’INSCRIT-IL ÉGALEMENT DANS LA DÉMARCHE DES CIRCUITS COURTS ?

Jean-François : Disons que si j’avais pris un architecte parisien cela m’aurait coûté beaucoup d’argent [rires]. Je connais une architecte parisienne qui est venue une semaine en randonnée, elle est très douée, et elle aurait pu faire du très bon travail. Néanmoins, il y aurait eu des complications avec les transports pour se concerter et réaliser le projet. L’architecte local est quant à lui sur place, et surtout il connaît l’environnement dans lequel il va devoir composer. C’est un avantage.

COMMENT TON CHOIX DU CABINET ORMA POUR RÉALISER LE PROJET S’EST-IL EFFECTUÉ ?

Jean François : Il s’agit premièrement d’une histoire de connaissances. Mon ex-femme est originaire de la région cortenaise, et par le biais des relations nous avons été mis en contact. Ensuite, j’ai rencontré Alicia et François qui sont des gens consciencieux, qui travaillent bien, et qui ont beaucoup d’idées. J’ai été séduit.

QU’EST-CE QUI T’A MENÉ À VOULOIR ÉTENDRE LE DOMAINE BÂTI DE LA MAISON D’HÔTES ?

Jean François : Pour tout te dire je vis dans les combles de la maison principale, qui sont de grands combles, mais qui n’en demeurent pas moins des combles. Pour te donner un aperçu de la maison centrale qu’on appelle « Casone », elle est composée d’un escalier qui part de la salle à manger qui mène aux fameux combles, où je vis avec ma famille. Mes enfants traversaient la salle à manger pour sortir à l’extérieur, et il est vrai que ce va-et-vient peut déranger les personnes que nous accueillons. De plus, la salle à manger, qui doit mesurer au maximum 25 m2, est plus petite que la nouvelle que nous venons de faire construire, qui est véritablement spacieuse. Sans parler des ouvertures sur l’extérieur, puisque la salle à manger ne possède que deux fenêtres, lorsqu’aujourd’hui tu as de nombreuses et grandes baies vitrées dans la nouvelle bâtisse.

QUELLES ONT ÉTÉ LES MOTIVATIONS QUI VOUS ONT POUSSÉS À ACCEPTER CE PROJET ?

Orma : Pour nous il n’y a pas de petits projets, simplement des défis à relever.

L’ANNEXE QUI A ÉTÉ RÉALISÉE N’EST PAS UNE EXTENSION DE LA MAISON TRADITIONNELLE CORSE, LE CASONE, MAIS UN BÂTIMENT À PART ENTIÈRE. DE QUI PROVIENT CETTE VOLONTÉ, ET POURQUOI CE DÉTACHEMENT ?

Orma : Pour nous c’était une évidence de se détacher du bâtiment existant, tout comme pour Jean-François. Lorsqu’on l’a rencontré il avait déjà son idée en tête, et ce qui est bien avec lui c’est qu’il est cultivé. Dans chaque chose qu’il entreprend il y a une réflexion de fond. Lors de nos rencontres il nous a expliqué qu’avec la construction traditionnelle qu’il a bâti de ses mains, le « Casone », il avait voulu reproduire la bâtisse familiale qui se trouve sur une parcelle adjacente. Le Casone est une maison construite au centre du terrain qui est très massive, verticale, avec de petites ouvertures,  et qui possède un toit à quatre pentes. Cela nous a semblé évident de ne pas venir s’accoler au Casone car en faisant cela nous aurions dénaturé le projet initial. Ce qui a rendu les choses plus simples avec Jean-François c’est son ouverture, bien qu’il soit ancré dans la tradition.

A SCELTA DI U SCAGNU D’ARCHITETTURA ISULANA S’ISCRIVE DINÒ IN LA DIMARCHJA DI I CIRCULI CORTI ?

Ghjuvan'Francescu : Femu contu chì s’e aviu pigliatu un architettu parighjinu m’avaria custata di più. Cunnoscu un’ architetta pariggina chì hè vinuta una simana in spassighjata, hè assai destra, è avaria pussutu fà una bella oparata. Ma ci sarianu stati capatoghji di trasportu pà cuntrastà inseme è compie u prughjettu. L’architettu di quì hè sopra piazza, è sopratuttu cunnosce l’embiu induv’ellu deve batte. Ghjè calcosa in più.


PARCHÈ AI SCELTU U SCAGNU ORMA PÀ RIALIZÀ STU PRUGHJETTU ?

Ghjuvan'Francescu : Prima si tratta di cunniscenze umane. A me anziana moglia hè di a pieve curtinese, è incù e nostre rilazione semu stati messi in cuntattu. Po aghju scontru à Alizia è à Francescu, chì sò ghjenti minuziosi chì travaglianu bè, è chì anu assai idee. Sò statu incantatu.

CHÌ TI HÀ PUNTATU À ALLARGÀ U CASALE DI A CASA D’OSPITI ? 


Ghjuvan'Francescu : À dì la ti franca, eiu stò in lu sulaghjolu di a casa maestra, chì hè un sulaghjolu maiò ma chì ferma un sulaghjolu. Pà dà ti un’ idea un pocu di a casa cintrale, chjamata « casone » hè fatta da un scalone chì parte da a sala à magnà è chì colla in sulaghjolu, induva campu cù i meii. I me figlioli francavanu a sala à magnà pà esce fora, è hè vera chì issu passa è veni pò scumudà a ghjente accolta. Di più a sala à magnà chì deve misurà à u più 25m2, hè più chjuca cà quella nova, custruita pocu fà chì hè assai maiò. E ùn parlemu di l’aparture à nantu à u fora, postu chì a sala à magnà ùn hà cà duie finestre. Invece oghje in la casa nova ci ai numarosi vitroni.

CHÌ TI HÀ PUNTATU À ACCUNSENTE ISSU PRUGHJETTU ?

Orma : Pà noi , ùn ci hè picculi prughjetti, ma sfide è basta.

L’APPICCIU CHÌ HÈ STATU FATTU ÙN HÈ MICCA UN’ALLARGHERA DI A CASA TRADIZIUNALE CORSA, U CASONE, MA UN PALAZZU, À U SENSU STRETTU. QUALE HÀ VULSUTU QUÈ, È PARCHÈ STA SPICCANZA ?

Orma : Pà noi , era sicura di spiccà ci da u palazzu esistente, è ancu pà Ghjuvan’Francescu. Quand’è no l’avemu scontru, sapia aghjà ciò ch’ellu vulia, po una di e so qualità ch’ellu hà, hè struitu. In ogni impegnu di soiu ci hè un raghjonu arruttatu. Mentre i nostri scontri, ci hà spiegatu, chì u casone l’hà fattu da par ellu cù e so mani, avia vulsutu riproduce u casale di famiglia chì si trova à nantu à una lenza à vicinu. U casone hè una casa custruita à mezu à u tarrenu, assai massiccia, verticale, incù piccule aparture, è chì hà un tettu cù quattru pendite. Ci hè parsa logica di ùn vene à appiccicà si à u casone chì fendu quessa, avariamu inaltiriatu u prughjettu iniziale. Cum’è Ghjuvan’Francescu ùn hè strintu di spiritu, ci hà facilitatu e cose, bench’ellu sia arradicatu à a tradizione.

 @ Philippe Pierangeli

@ Philippe Pierangeli

 @ Philippe Pierangeli

@ Philippe Pierangeli

QU’EST-CE QUI SELON VOUS DÉTERMINE VOTRE PRATIQUE DE L’ARCHITECTURE ?

Orma : C’est un ensemble d’éléments. Comme on l’a déjà évoqué ça passe premièrement par un ancrage au site, mais également par une vue, un mur, un rocher, une anecdote, etc. Toutes ces composantes peuvent déterminer notre pratique de l’architecture. Lorsque nous travaillons sur un projet nous essayons immédiatement de déterminer quelles sont les techniques employées dans la microrégion concernée, quelle est la disponibilité en matériaux, et pour finir nous essayons de sonder l’ouverture du maître d’ouvrage. C’est aussi une affaire de sensibilité, évidemment.

COMMENT CONCEVEZ-VOUS LA NOTION DE LIEU ET L’ENDROIT OÙ PREND PLACE L’OBJET ?

Orma : Ce qui fabrique le lieu, en Corse tout du moins car nous sommes entourés par des paysages naturels, c’est le rapport à la vue. Est-ce que sur tel site nous avons une vue ou pas ? C’est l’un des sens qui va déterminer la conception. L’orientation est également une notion à laquelle nous accordons beaucoup d’importance. On s’aperçoit aujourd’hui que tout le monde veut une exposition au sud alors que c’est l’une des plus mauvaises expositions. Avec les très fortes chaleurs de cet été on se rend compte que l’on peut très bien se chauffer l’hiver mais qu’on a beaucoup de mal à se protéger de la chaleur, à moins de dépenser énormément d’énergie avec les climatiseurs. Ce qui fabrique le lieu, ce sont également les personnes qui y habitent.

QU’EST-CE QUI A CONDITIONNÉ L’IMPLANTATION DU PROJET ?

Orma : Même si nous l’avons évoqué dans la question précédente, la vue à une dimension très importante. Il y a trois sommets majeurs que l’on peut voir depuis la Casa Vanella, dont la Paglia Orba. Des gens du monde entier viennent aujourd’hui, même l’hiver, admirer cette montagne. Nous avons croisé des suisses et des italiens qui ne venaient que pour ce sommet. Tu as également le Monte Cinto, symbolique par sa hauteur puisqu’il s’agit du plus haut sommet de Corse, ainsi que la Cima di i Mori. L’annexe de la Casa Vanella c’est le cas vraiment typique du bâtiment qui est transcendé par le paysage.

LE PROJET EXPRIME UNE GRANDE RADICALITÉ DE CONTRASTES. COMMENT EXPLIQUEZ-VOUS CE CHOIX ?

Orma : Comme nous te le disions, on se base sur un site avec ses traditions locales. Malgré ça, le but est d’exprimer la contemporanéité dans toute cette réflexion. Si on ne faisait que reprendre les proportions, le plein et le vide de l’ancien, on ne ferait que le mimer. C’est justement dans cette inversion de notion qu’on vient apporter la contemporanéité de l’intervention. Finalement on réinterprète l’ancien pour lui apposer une touche plus moderne.

D’OÙ SONT ISSUS LES MATÉRIAUX DU PROJET ?

Orma : La pierre a directement été trouvée et taillée sur place. Le béton a été fait sur site bien que les agrégats qui le compose proviennent de carrières insulaires. Les menuiseries quant à elles sont en pin Laricio.

POUVEZ-VOUS NOUS DÉCRIRE LA MANIÈRE DONT VOUS AVEZ MIS EN SCÈNE CE PROJET ?

Orma : Le projet a été conçu afin qu’il y ait une évolution dans la perception que l’on a de lui. Quand on l’aborde directement sur site on prend une route en montée qui nous donne d’abord une vision du Casone, qui justement ne vient pas entacher le projet initial, comme on le disait. Puis, progressivement le projet vient se dévoiler en arrière-plan. L’envie, c’était également de répéter les murs de pierres qui se trouvent au fond de la parcelle de cet univers minéral, bien que le nouveau bâtiment ait un peu plus de hauteur. Lorsque tu accèdes au site tu as une impression de massivité car l’arrivée se fait par le côté, ce qui te donne une perspective sur l’ensemble des canons et leur baie vitrée qui sont tournés vers les sommets. Tu ne vois aucun des trois percements. Du coup, on a vraiment la sensation de voir un enchainement de murs imposants. Il n’y a que lorsque tu tournes autour ou que tu entres à l’intérieur que tu constates que c’est une structure très ouverte. Nous voulions créer un genre de parcours où on découvre le bâtiment au fur et à mesure de la visite. Dès qu’on entre dans le bâtiment on est happé par la vue sur le paysage qui est extraordinaire.

CHÌ GHJÈ CHÌ DEFINSICE A VOSTRA PRATICA DI L’ARCHITETTURA, SICONDU VOI ?

Orma : Ghjè un inseme d’elementi. Cum’è no l’avemu detta innanzu, passa prima pà un’ arradichera à u locu, ma ancu pà una vista, un muru, un monte, un stalvatoghju. Tutti st’aspetti ponu definisce a nostra pratica di l’architettura. Quand’è no travagliemu à nantu à un prughjettu pruvemu subitu à definsice qualesse sò e sfarente tecniche aduprate in la pieve, a dispunibilità di i materiali, è pà compie pruvemu à intarrugà u capu d’opara. Ghjè ancu liatu à a sensibilità , di sicuru.

CUMU CUNCIPITE A NUZIONE DI SPAZIU È DI LOCU INDUV’ELLU SI TROVA L’OGGETTU ?

Orma : Ciò chì face u locu, in Corsica par un dettu, chì semu cinti da spazii naturali, ghjè u rapportu à a vista. Ci hè calchì vista à nantu à stu situ o micca ? Hè stu sensu quì chì hà da definisce a cuncizzione. L’orientazione hè ancu un aspettu chì ci impreme. Ci avvidemu chì tuttu u mondu vole una spusizione versi u Meziornu, ma cum’è spusizione ghjè una di e più pessime. Cù a calmana di l’istate scorsu ci avvidemu chì d’invernu ci pudemu scaldà bè ma omu hà di i guai à parà si da u caldu, almenu di frazà assai energia cù i climatisori. Ciò chì face u locu ghjè a ghjente chì ci campa.


CHÌ HÀ DEFINITU A LUCALISAZIONE DI U PRUGHJETTU ?

Orma : Ancu s’è no l’emu aghjà detta in la dumanda posta prima, a vista hè primurosa. Ci sò trè punte maiò ch’omu pò vede da a Casa Vanella, a Paglia Orba pà asempiu. Ghjenti da ogni parte di u mondu venenu oghje, ancu d’invernu, pà rimirà sta muntagna. Avemu infattatu svizzeri, taliani chì vinianu solu pà sta punta. Ci ai dinò u monte Cintu, primurosu pà a so altura postu chì ghjè a punta a più alta di Corsica, è a Cima di i Mori. L’appicciu di a Casa Vanella, ghjè da veru a casa nustrale imbillita da stu dicoru.

U PRUGHJETTU SPECHJA CUNTRASTI DURI. CUMU SPIEGATE STA CELTA ?

Orma : Cum’è no a ti diciamu, ci arrimbemu à nantu à un situ incù i so usi nustrali. È puru u scopu hè di sprime a cuntempuraneità in stu raghjonu. S’è no ùn faciamu cà ripiglià e misure, u pienu, u viotu di l’anticu, ùn fariamu cà biffà lu. Ghjè ghjustu à puntu in u viciversa di sta nuzione ch`è no purtemu a stampa di cuntempuraneità di l’intarvinzione. In fin’ di contu riintarpritemu l’anticu pà aghjustà li una stampa più muderna.


DA INDUVA VENENU I MATIRIALI DI U PRUGHJETTU ?

Orma : A petra hè stata trova è intagliata sopra locu. L’astracu hè statu fattu sopra piazza, bè chì certi cumpunenti venenu da minere isulane. U ligname hè di laricci.

CI PUDETE DÌ CUMU AVETE MESSU IN BALLU STU PRUGHJETTU ?

Orma : U prughjettu hè statu realizatu da ch’ella ci sia un ‘evoluzione in la percezione ch’è no avemu d’ellu. Quandu omu l’accosta sopra locu si piglia una chjappata chì ci lascia sculinà u casone, chì ghjustu à puntu ùn vene à snaturà u prughjettu iniziale, cum’è no a diciamu. Po, pianu pianu u prughjettu si palesa in un ultimu pianu. A brama era di fà muri di petra chì si trovanu in fondu di a lenza di st’embiu petricosu, puru s’è u novu bastimentu abbia più altura. Quand’è tù ghjunghji ai un’imprissione di massicità, chì ghjugni à latu, ciò chì ti dà una vista à nantu à l’inseme di cannoni è u so vitrone chì sò girati versi e cime. Di e trè trafurate ùn ne vedi mancu una. Tandu, ci pare di vede un infilarata di muri massicci. Ci vole à fà si entre è fà l’avvinta pà accorghje si chì ghjè una struttura assai aparta. Vuliamu fà un parcorsu induva omu scopre u bastimentu à manu à manu di a visita. Tempu intrutu in lu bastimentu, semu incantati da a vista à nantu à u paisaghju chì hè una maraviglia.

Casa Vanella schéma(Mediterranean Citizens Story).jpg

LA SÉQUENCE D’ENTRÉE JOUE UN RÔLE MAJEUR DU FAIT QU’ELLE N’EST PAS DIRECTE ET FRONTALE COMME ON EN A L’HABITUDE, MAIS DEROBÉE À LA FAÇADE. CELA FAIT-IL PARTIE D’UNE INTENTION PLUS LARGE ?

Orma : Étant donné que l’on a déjà la maison centrale et une entrée principale, il ne fallait pas que l’on voit une porte ou une autre entrée. Ça aurait posé des problèmes de fonctionnement sur site car les clients auraient pu voir deux portes et ne pas savoir vers laquelle se diriger. Cela aurait pu devenir ingérable pour Jean-François, alors qu’avec cette dissimulation les gens se dirigent encore vers l’ancienne porte principale. Comme on l’évoquait, en arrivant tu as cette sensation de massivité due aux murs en pierres. Et donc, plus tu t’approches du bâtiment et plus tu vas te faire aspirer par le sas d’entrée. Il se trouve entre la porte coulissante extérieure et la porte d’entrée, et ne permet pas encore au visiteur de découvrir ce qui se cache à l’intérieur. C’est en ouvrant la porte que l’on peut découvrir le paysage. Il est également vrai que nous avons voulu travailler sur la manière de confondre intérieur et extérieur, sur cette limite où chemine le visiteur. De plus, on ne voulait pas que cette annexe vienne concurrencer le Casone, et il nous a donc fallu placer le curseur au bon endroit. C’était véritablement l’un des enjeux de cette entreprise.

DE QUELLE MANIÈRE SE DÉVOILENT LES SOMMETS LORSQU’ON SE TROUVE À L’INTÉRIEUR ?

Orma : En entrant tu peux découvrir les trois baies en séquence, d’abord deux du moins, puis en faisant un pas de plus tu découvres la troisième. Il y a donc un endroit dans le bâtiment où tu ne vois quasiment plus les murs, mais seulement les trois baies qui te donnent une vision sur les trois montagnes. Ce sont les trois cadrages qui ont été sélectionnés pour la réalisation du projet.  

ON CONSTATE QUE L’ESPACE SE DIVISE EN DEUX ENTITÉS PRESQUE DISTINCTES. L’UNE INTERIORISÉE, ET L’AUTRE TRÈS OUVERTE SUR LE PAYSAGE. D’OÙ ÉMANE CE CHOIX ?

Orma : L’idée c’était de faire la partie technique, qui ne nécessite pas de grandes ouvertures, dans cet espace un peu fermé à l’arrière du bâtiment. Il comprend la cuisine, sa réserve, et les toilettes au niveau du sas d’entrée. Le WC a été placé à cet endroit car en été les gens mangent en extérieur, cela lui permet d’être à mi-chemin entre intérieur et extérieur. La cuisine, qui est l’un des éléments central, a été placée à l’arrière et proche du sas d’entrée afin que l’on puisse voir entrer les gens dans la salle.

L’ENTRE HÈ PRIMUROSU CHÌ ÙN SI FACE DI MODU DIRETTU È FRUNTALE CUM’ELLU HÈ D’USU, MA À L’APPIATTU DI A FACCIATA. QUESSA FACE PARTE DI UN’INTENZIONE PIÙ LARGA ?

Orma : Postu ch’è no avemu aghjà a casa maestra è un’antra intrata principale, ùn ci vulia à vede un ‘antra porta o un antru usciu. Saria statu calchì capatoghju in leia cù u funziunamentu sopra locu, chì i clienti avarianu pussutu vede duie porte è ùn sapè micca qualessa francà. Pà Ghjuvan’Francescu tamantu casticu, mentre chì cù sta disimulazione a ghjente s’avvia quantunque versi a porta principale. Cum’è no a diciamu, ghjugnendu ai sta sinsazione di massicità liata à i muri in petra. È tandu, più t’avvicini da u bastimentu è più t’ai da avvicinà da u curridore chì porta à l’usciu. Si trova trà a porta sguillente di fora è l’usciu, è ùn parmette micca à u visitore di scopre ciò chì si trova à l’indrentu. Ghjè aprendu a porta ch’omu pò scopre u paisaghju. Hè vera dinò ch’è no avemu travagliatu à nantu à a manera di cunfonde u drentu è u fora, à nantu à sta limita induva viaghja u visitore. Di più, ùn vuliamu micca chì st’appicciu suprani u Casone, ci hè vulsutu à fà scelte bone. Era unu di i sbocchi maiò di st’oparata.

CUMU SI SCULINEGHJANU E CIME DA L’INDRENTU ?

Orma : Intrendu poi scopre i trè vitroni à flia, prima dui o mancu, po fendu un passu solu scopri u terzu. Ci hè dunque un locu in lu bastimentu chì muri ùn si vedenu guasgi più, ma i trè vitroni, è basta, chì ti danu una visione à nantu à e trè muntagne. Sò e trè inquatrature chì sò state scelte pà stu prughjettu.

CI PUDEMU FIGURÀ CHÌ U SPAZIU SI SPARTE IN DUIE PARTE BELLE PRECISE : UNA GIRATA VERSI U DRENTU, QUILL’ALTRA ASSAI SPARTA À NANTU À U PAISAGHJU. PARCHÈ STA SCELTA ?

Orma : L’idea era di fà a parte tecnica, chì ùn l’accorre micca aparture maiò, in stu spaziu à pena sarratu versi u fondu di u bastimentu. Ci hè a cucina, a so riserva, u catucciu à cantu à u curridore di l’intrata. U catucciu hè statu piazzatu quì chì d’istate a ghjente magna fora, què li parmette di esse mità fora mità drentu. A cucina, locu cintrale hè stata piazzata in lu fondu è vicinu à u curridore di l’intrata da ch’omu possi vede a ghjente entre in la sala.

 
 
 @ Philippe Pierangeli

@ Philippe Pierangeli

 
 

QUELLES SONT LES PERSPECTIVES D’ÉVOLUTION DE LA CASA VANELLA ?

Jean-François : Et bien je compte construire deux bâtisses entièrement faites de pierres sur le terrain qui jouxte celui de la maison d’hôtes. Il s’agira certainement de deux grandes chambres composées de leur propre salle de bains et d’une piscine qui se trouvera sur le front de la parcelle, et dont l’accès se fera par une passerelle en bois à partir du toit plat de l’annexe. Les gens ne pourront pas accéder aux chambres en voiture. Hors saison mon neveu pourra faire paître ses brebis sur le terrain car la volonté n’est pas d’empêcher l’agriculteur de travailler. L’autre point, c’est l’indépendance des chambres en eau. Pour cela un puit sera creusé, ou bien nous envisagerons la récupération de l’eau de pluie qui tombe sur les toits.

QUE POUVEZ-VOUS NOUS DIRE EN GUISE DE CONCLUSION ?

Orma : Nos démarches architecturales sont tournées vers le durable et l’environnemental, et c’est ce qu’on espérait pouvoir réaliser avec Orma. On dit espérer car lorsqu’on débute on ne sait jamais ce que nous réserve l’avenir. Il faut dire que nous avons pris goût à cette démarche et aujourd’hui on s’amuse beaucoup à faire ce que nous faisons. Sur chaque projet nous essayons de trouver des astuces locales pour véritablement rester in situ. Nous sommes également heureux qu’aujourd’hui les gens nous contactent pour notre démarche. On peut dire que nous sommes parvenus à communiquer sur notre identité et nos valeurs.

CHÌ SÒ E PERSEPETTIVE D’EVOLUZIONE DI A CASA VANNELLA ?

Ghjuvan'Francescu : Aghju a brama di custruisce duie case fatte di petra à nantu à u tarrenu à cantu à a casa d’ospiti. Saranu pensu duie camare maiò, incù signe sale di bagnu incù una pissina chì si truvarà di fronte à a lenza, è pà ghjugne ci vurrà à francà una varga chì si truvarà à nantu à u tettu pianu di l’appicciu. A ghjente ùn pudarà raghjugne e camare in vittura. Fora di a staghjone turistica, u me nipote pudarà fà pasce u so tagliolu di pecure, chì a nostra voglia ùn hè mica d’impedisce l’agricultore di travaglià. Altru puntu, ogni camara avarà a so acqua. Par quessa un pozzu sarà scavatu, o allora pinsaremu à ricute l’acque chì cascanu à nantu à i tetti.

CHÌ PUDEMU DÌ PÀ FÀ LA FINITA ?

Orma : E nostre andature architetturale sò girate versi una pruduzione durevule è a difesa di l’embiu, è ghjè ciò ch’è no spiravamu di fà incù Orma. Dicemu Spirà chì quandu omu principia ùn sà mai ciò chì pò accade. Ci vole à dì chì ci semu avvezzi à st’andatura quì è ci campemu à fà ciò ch’è no femu. À nantu à ogni prughjettu pruvemu à truvà cumbriccule lucale pà firmà sopra locu. Semu felici dinò chì oghje a ghjente ci chjama pà a nostra andatura. Pudemu dì ch’è no a l’avemu fatta à cumunicà à nantu à a nostra identità è i nostri valori.

 

Visitez les sites web : Casa Vanella & Orma Architettura