Duality and Gemstones

 

Words by Marine Bertoli · Photographs by Marine Bertoli

 
 

DUALITY

Dans les eaux limpides des Cyclades, une île cache en son sein deux trésors. Ces deux trésors ont la même source, pourtant leurs expressions sont différentes et la main qui les a façonnée n’est pas la même. Deux expressions d’une même réalité physique, qui nous parlent des forces brutes qui façonnent le monde. La Nature et l’Homme. L’ancienne île volcanique de Milos présente un trait distinctif par rapport aux îles qui l’entourent. Elle a vu ses paysages se façonner lors de terribles cataclysmes qui ont peints des falaises aux roches colorées et aux variations sans limites. L’Homme s’est épanoui sur cette terre fertile mais surtout riche en minerais de toutes sortes. Il a, lui aussi, avec ses activités minières séculaires, sculpté l’île et ses roches pleines de couleurs. L’île est double. Mais ces deux aspects sont une expression différente d’une même et unique origine ; les forces vives de la planète qui en font un lieu vivant et propice à la vie. Le monde réel est toujours délicat à appréhender. Il est constitué d’une infinité de nuances, qui construisent la réalité qui nous entoure. D’une île volcanique aux couleurs envoûtantes, Milos est devenue, par la présence et les activités de l’Homme, un lieu à deux visages. Y convergent le hasard des compositions naturelles dûes au volcanisme et l’esthétique structurée de l’activité minière humaine. D’un paysage creusé de façon rationnelle et continuelle, aux couleurs qui se succèdent et se diluent selon les veines, on rejoint des falaises multicolores dont les strates géologiques s’étendent dans toutes les directions. Les couleurs s’enroulent, ruissellent, serpentent, se mélangent, se projettent vers la mer en mouvements figés en pleine chute. De ce côté, le désordre et le hasard règnent. Dans les mines, les couleurs s’effritent et roulent d’escaliers en escaliers vers le fond, se mélangeant en un arc-en-ciel créé par l’Homme. Issues de la même terre, ces deux esthétiques coexistent, mais l’une s’offre librement aux yeux de tous, quand l’autre s’abrite derrière les barbelés. À mes yeux, aucune des deux ne surpasse l’autre en grâce et en complexité. Ce sont des beautés différentes, qui partagent un dénominateur commun. Devant elles, indistinctement, j’admire la beauté qui naît du hasard, qu’elle que soit la main qui le dirige. Cette série de photographies s’appréhende en considérant la dualité de l’île pour ce qui est des couleurs minérales. Chaque photo la composant doit être pensée par rapport à son pendant, humain ou naturel. Deux artistes sont à l’oeuvre ici. L’un est organique, torturé, figé, l’autre est humain, organisé, affairiste. Des couleurs figées au gré des cataclysmes, fruits du hasard, l’oeil plonge dans les couleurs diluées induites par l’activité minière des Hommes, action pensée sur le paysage. D’une pratique qui peut être condamnée pour ses effets dévastateurs sur l’environnement, peut néanmoins émerger une indéniable et involontaire beauté. Des faces de cette même pièce, des oeuvres fascinantes émergent, qui font résonner en nous des sentiments différents. Entre admiration et répulsion, l’écart est parfois faible, mais a le mérite d’exister et nous permet de s’interroger sur ce qui fait le beau au-delà de ce que la raison peut dicter. Derrière la beauté naturelle souvent idéalisée, aucune intention, simplement les aléas du sort et le lent passage du temps qui peignent des tableaux aux formes et aux couleurs bigarrées. Résultant de la pensée et de l’action humaine, les formes et les couleurs des mines nous parlent elles-aussi de Milos. Le langage est simplement différent.

In the clear waters of the Cyclades, an island hides two treasures in its heart. These two treasures have the same source, however, their expression are different and the hand that shaped them is not the same. Two expressions of the same physical reality, which tells us about the raw forces that shape the world. Nature and Mankind. The ancient volcanic island of Milos is very different from the surrounding islands. It has seen its landscapes shaped by terrible cataclysms that have painted cliffs with colored rocks and countless variations. Man prospered on this land that is fertile but above all rich in minerals of all kinds.  He too, with his age-old mining activities, had carved the island and its colourful rocks. The island has two faces. But these two aspects are a different expression of the same and unique origin; the living forces of the planet that make it a living place and propitious to life. The real world is always difficult to understand. It is made up of an infinite number of nuances, which construct the reality that surrounds us. From a volcanic island with captivating colours, Milos has become, through the presence and activities of Man, a place with two faces. The chance of natural compositions due to volcanism and the structured aesthetics of human mining converge here. From a landscape dug in a rational and continuous way, with successive colours that are diluted according to the veins, we reach multicoloured cliffs whose geological strata extend in all directions. The colours roll up, run off, snake, mix, project themselves towards the sea in frozen movements in the middle of a fall. On this side, disorder and randomness reign. In the mines, the colours crumble and roll from staircase to staircase towards the bottom, mixing into a rainbow created by Man. Coming from the same land, these two aesthetics coexist, but one offers itself freely to everyone, while the other takes refuge behind the barbed wire. In my opinion, neither of them surpasses the other in grace and complexity. They are different beauties, who share a common denominator. In front of them, I indistinctly admire the beauty that comes from chance, whatever the hand that directs it. This series of photographs is approached by considering the duality of the island in terms of mineral colours. Each photo must be thought of in relation to its counterpart, human or natural. Two artists are at work here. One is organic, tortured, frozen, the other is human, organized, businessman. Colours frozen at the whim of cataclysms, the fruit of chance, the eye plunges into the diluted colours induced by human mining activity, an action planned on the landscape. From a practice that can be condemned for its devastating effects on the environment, an undeniable and involuntary beauty can nevertheless emerge. From the faces of this same coin, fascinating works emerge, which make us resonate with different feelings. Between admiration and repulsion, the gap is sometimes small, but has the virtue to exist and allows us to question ourselves on what makes the beautiful beyond what the mind can dictate. Behind the often idealized natural beauty, no intention, just the vagaries of fate and the slow passage of time that paint scenes with varied shapes and colours. Resulting from human thought and action, the shapes and colours of the mines also tell us about Milos. The language is simply different.

 
 
 

GEMSTONES

Les roches sur l’île de Milos ne peuvent laisser indifférent. Elles disputent à la mer l’intérêt des voyageurs de passage. Chaque partie de l’île recèle des trésors, tous uniques et aux différences marquées. Ces roches, j’aurais aimé toutes les voir, toutes les photographier, ramasser un petit fragment au pied de chacune et pouvoir plus tard le déposer chez moi, m’approprier un peu de cette fantasmagorie de roches saturées de couleurs. Comme quand petite je ramassais des cailloux sur les plages, Gemstones est une collection d’échantillons visuels que j’ai emportés avec moi. Ils sont les témoins de la diversité minérale de l’île et de mon amour des extraits et des textures. J’aurais voulu y passer des jours et des semaines entières, le dos tourné à la mer, les vagues caressant mes pieds, les yeux plongés dans les variations infinies. Le temps aura filé trop vite, et de ces journées à Milos me restent ces photographies colorées qui entretiennent ma nostalgie. En admirant ces roches, je ne cessais de me demander comment la Nature avait pu réussir à créer de tels tableaux ? Peut-on seulement approcher par l’imaginaire les forces brutes qui ont peints ces scènes uniques ? L’émerveillement et l’incompréhension face à ces phénomènes ont développé mon envie de garder une trace, comme une chance de saisir quelque chose d’incommensurable. En photographiant ces falaises aux mille couleurs, j’espère transmettre à d’autres cet émerveillement et ces questionnements, cette reconnaissance intuitive de forces qui nous dépassent et nous laissent humbles. Tout en marchant le long des formations, examinant toutes ces curiosités minérales, le passé mythologique de la Grèce fait surface et sa conception de la création du monde me revient à l’esprit. Gaïa, née de Chaos, le néant, qui donne vie aux éléments en s’unissant avec Ouranos, le ciel. Naissent les premières générations de divinités, les premiers individus, les sentiments particuliers, les qualités, les talents et les défauts des uns et des autres, tentative des Hommes pour décrire le monde dans lequel ils sont apparus. Ces roches ont chacune leur caractère propre. Il suffit de faire quelques pas pour que la pierre change entièrement, prenne d’autres formes, d’autres couleurs, d’autres textures. Une nouvelle individualité émerge dans une douce transition. Les photos de cette série portent tout naturellement des noms, issus de la fabuleuse mythologie grecque. Comme si ces roches n’avaient pu naître que de la main de divinités ancestrales. Ces noms sont des évocations des sentiments ressentis là-bas, sur ces plages désertes, le regard plongé dans ces fresques à la diversité infinie. Telles des gemmes trouvées en chemin par le voyageur curieux, parsemées dans le paysage par une myriade de divinités, ces fragments forment une collection particulière, comme un cabinet de curiosités minérales. Pour celui qui regarde attentivement, les détails de ces roches rivalisent de grâce et de finesse avec les pierres les plus précieuses. L’oeil se perd dans les nuances des tons, s’éclaire de l’éclat d’un fragment rose incrusté dans une paroi violette, s’étonne des formes épanouies là, au plus fort de cataclysmes volcaniques, suit du regard les veines délicates qui serpentent le long des falaises, plonge dans la transparence des roches laiteuses… Diversité des dieux, de la Nature, du hasard, l’île offre à ceux qui la foule une promenade visuelle unique. Ces échantillons s’inscrivent dans la logique des cabinets de curiosités, dédiés à l’exposition et l’appropriation de choses rares, nouvelles et singulières, dans une tentative d’appréhender le monde qui nous entoure, sans jamais cesser de s’émerveiller de sa beauté. La Nature a enfanté d’un paysage onirique, au sein duquel l’esprit s’égare et s’imagine une époque de terribles convulsions géologiques et de guerre des dieux. En émanent ces raretés naturelles qui n’intéresseraient personne si l’Homme n’était pas si curieux. En les regardant, vient l’étonnement et l’admiration, mais très vite aussi notre ignorance. L’Homme est bien loin de tout connaître et de tout savoir. Il nous reste tant de choses à découvrir.

The rocks on the island of Milos are not to be missed. They compete with the sea for the interest of travellers passing through. Each part of the island contains treasures, all unique and markedly different. I would like to have seen all these rocks, to have photographed them all, to pick up a small fragment from each one and later put it down at home, to appropriate a little of this phantasmagoria of rocks saturated with colors. Like when I was a little girl picking up rocks on the beaches, Gemstones is a collection of visual samples that I took with me. They are evidences of the island's mineral diversity and my love of extracts and textures. I would have liked to spend days and weeks there, my back turned to the sea, the waves caressing my feet, my eyes immersed in infinite variations. Time will have passed too quickly, and from those days in Milos I still have those colourful photographs that keep me nostalgic. As I admired these rocks, I kept wondering how Nature had been able to create such paintings? Can we only approach by the imagination the raw forces that painted these unique scenes? The wonder and misunderstanding of these phenomena developed my desire to keep a trace, as a chance to seize something immeasurable. By photographing these cliffs with their thousand colours, I hope to transmit to others this wonder and questioning, this intuitive recognition of forces that surpass us and are so humbling to us. As I walk along the formations, examining all these mineral curiosities, Greece's mythological past emerges and its conception of the creation of the world comes to mind. Gaia, born of Chaos, nothingness, who gives life to the elements by uniting with Ouranos, the sky. Are born the first generations of divinities, the first individuals, the particular feelings, qualities, talents and defects of each other, an attempt by Men to describe the world in which they appeared. These rocks each have their own character. A few steps and the stone aspect changes completely it takes other forms, other colours, other textures. A new individuality emerges in a gentle transition. The photos in this series naturally bear names from the fabulous Greek mythology. As if these rocks could only have been born from the hands of ancestral deities. These names are evocations of the feelings experienced there, on these deserted beaches, looking into these infinitely diverse frescoes. Like gems found on the way by the curious traveller, scattered in the landscape by a myriad of deities, these fragments form a private collection, like a cabinet of mineral curiosities. For the one who watches closely, the details of these rocks rival the most precious stones in grace and finesse. The eye gets lost in the shades of tones, illuminates itself with the brightness of a pink fragment embedded in a purple wall, is surprised by the shapes blooming there, at the height of volcanic cataclysms, follows with the gaze the delicate veins that wind along the cliffs, plunges into the transparency of the milky rocks... Diversity of gods, nature, chance, the island offers to those who visit it a unique visual walk. These samples are in line with the logic of curiosity cabinets, dedicated to the exhibition and appropriation of rare, new and singular things, in an attempt to understand the world around us, without ever ceasing to be amazed by its beauty. Nature gave birth to a dreamlike landscape, in which the spirit wanders off and imagines an era of terrible geological convulsions and the gods' war. From it emanate those natural rarities that would not interest anyone if Man was not so curious. Looking at them, come surprise and admiration, but very quickly also arises our ignorance. Man is far from knowing everything. There is so much left to discover.

 
 

To discover more about Marine, it’s here!