La Méditerranée fait partie intégrante de ma vie

 

Interview with Sébastien Marroncles · Photographs by Sébastien Marroncles

 

Sébastien est enseignant de français et d’histoire dans un petit lycée professionnel qui se trouve au pied du massif des Albères. Âgé de 43 ans, ce méditerranéen pure souche est né à Marseille, à vécu à Montpellier, au Cap d’Agde, et a posé aujourd’hui ses valises à Perpignan. Sa seule infidélité est d’avoir vécu trois ans du côté du bassin d’Arcachon pour des raisons professionnelles. Baigné par l’eau, les vagues et les montagnes, Sébastien aime dire qu’il a une tong au pied droit et un ski au pied gauche. Dans cette interview, nous questionnons le photographe sur sa pratique et son amour de la photographie.

Sebastien is a French and history teacher in a small vocational school at the foot of the massif of Albera. This 43 years old authentic Mediterranean was born in Marseille, he lived in Montpellier and at Cap d’Agde and has eventually settled in Perpignan. His only infidelity was to live near the Bay of Arcachon during three years for profesionnal reasons. Imbued with sea, waves and mountains, Sebastien likes to say he wears a flip-flop on his right foot and a ski on his left one. In this interview we question the photographer about his practice and love for photography.

 Lune, Pyrénées

Lune, Pyrénées

 Randonnée dans les Pyrénées

Randonnée dans les Pyrénées

 Nuages, France

Nuages, France

DEPUIS QUAND PRATIQUES-TU LA PHOTOGRAPHIE ET COMMENT ES-TU VENU À CE MÉDIUM ?

J’ai toujours été intrigué par la photo. À l’époque de l’argentique je n’avais pas les moyens de me payer du matériel et le développement. J’avais également peur d’être incapable de surmonter les difficultés techniques imposées par la discipline. La naissance de ma fille il y a cinq ans, les progrès du numérique, et de meilleures finances, m’ont permis de réaliser mon rêve et d’acquérir mon premier reflex entrée de gamme et deux optiques de base. Après deux années de “papa photographe” je me suis orienté vers la photographie de paysage car la mer et la montagne ont quand même un certain charme.

DE L'ARGENTIQUE ET DU NUMÉRIQUE, QUEL MATÉRIEL DE PRÉDILECTION POUR RÉALISER TES CLICHÉS ?

Je travaille exclusivement en numérique pour des questions de facilités, notamment pour le développement. La qualité des fichiers RAW et des logiciels comme Lightroom permettent une grande flexibilité dans les choix de prise de vue et de post-production. Ceci dit, mon rêve absolu serait de partir en montagne avec une chambre argentique et de participer au développement avec un professionnel pour discuter de longues heures de son art, et apprendre, apprendre, et encore apprendre.

QUEL BOÎTIER UTILISES-TU ET QUELLES FOCALES AIMES-TU EMPLOYER LORS DE TES SORTIES ?

Aujourd’hui, je suis passé sur un reflex plein format avec le Nikon D610, tout simplement car je me dis que si un jour je parviens à faire un cliché exceptionnel je veux pouvoir en faire un beau tirage. Concernant les focales, je photographie à la fois au grand angle (17-35 mm f2.8) et aux longues focales (70-200mm f2.8). Du coup, je passe beaucoup de temps à changer d’objectif car ils permettent différentes visions d’un même lieu et différents points de vue. Ce qui est toujours intéressant.

CITOYEN MÉDITERRANÉEN PAR TON ENRACINEMENT DANS LA VILLE DE PERPIGNAN, POURRAIS-TU NOUS DIRE CE QUE REPRÉSENTE LA MÉDITERRANÉE À TES YEUX ? 

La Méditerranée fait partie intégrante de ma vie. De mes premiers pas sur le sable, les premières tasses salées dans les vagues, l’école buissonnière pour aller surfer, les couchers de soleil romantiques lors des premiers flirts, les confidences solitaires en période de nostalgie, les longues heures à dorer au soleil avec les potes à l’adolescence. Aujourd’hui, ce sont les premiers pas dans l’eau de mes enfants et les petits ploufs en famille en sortant de l’école et du boulot. La méditerranée a toujours été à mes côtés et je l’en remercie.

TON IMAGINAIRE SEMBLE TOURNÉ VERS LE SAUVAGE ET SES PAYSAGES NATURELS. QU'EST-CE QUI TE POUSSE À LES PHOTOGRAPHIER ?
 

La raison pour laquelle je me suis orienté vers la photographie de paysage c’est que je n’ai eu que de très rares occasions de voyager. D’abord complexé par ce manquement à ce qui semble être une norme, j’ai fini par admettre que si j’ouvrais un peu plus les yeux sur ce qui m’entoure et me berce depuis mon plus jeune âge, j’y trouverais certainement beaucoup de plaisir et de bonheur. Faire ce que l’on peut avec ce que l’on a. Je me surprends souvent à voyager dans des lieux qui me sont connus et à y découvrir des endroits dont je ne soupçonnais même pas l’existence alors qu’ils sont là, proches et si beaux. Ce qui me pousse alors à les photographier c’est l’envie de figer le présent alors qu’il n’est qu’éphémère, et tenter de le faire correspondre à ma propre sensibilité pour qu’il me nourrisse durablement.

SINCE WHEN DO YOU PRACTICE PHOTOGRAPHY AND HOW DID THIS HAPPEN?

I was always intrigued by photography. In the age of the analogue photography I could not afford to pay for the equipment and development. I was also scared not being able to overcome the technical difficulties of this practice. Five years ago, when my daughter was born, the digital technology and a better financial situation allowed me to realise my dream of buying an entry level reflex camera and two basic lenses. After two years of « daddy photographer » I turned towards landscape photography since sea and mountains are quite charming.

ANALOGIC OR DIGITAL, WHICH EQUIPMENT DO YOU USE THE MOST? 

I only shoot with digital cameras for the sake of convenience, mainly for development. RAW files’ quality and softwares such as Lightroom offer a large field of possibilities for shooting and post production. Nevertheless my absolute dream is to go in the mountain with a view camera and to participate to the development with a professionnel I could talk with for hours and learn from over and over.

WHAT CAMERA DO YOU USE AND WHAT FOCALS DO YOU LIKE TO USE WHEN YOU GO OUT?

I now use a full frame reflex Nikon D610 just because I wanted to be able to print in good quality if I sometime shoot an extraordinary photograph. Regarding lenses, I use both wide angle (17-35 mm f2.8) and long focal lenght lenses (70-200mm f2.8). So I spend a lot of time switching from one to another to get differents visions and points of view of a same landscape. This is always interesting.

SETTLED IN PERPIGNAN AND AS A MEDITERRANEAN CITIZEN, COULD YOU TELL US WHAT MEDITERRANEAN MEANS TO YOU?

Mediterranean is an essential part of my life : my first steps in the sand, my first salty mouthful in the waves, truancy to go surfing, romantic sunsets during my first flirting, solitary nostalgic confidences, sunbathing time with teenage friends. Today it is my children’s first steps in the water and the family swims after school and work. 
Mediterranean as always been nearby and I feel thankful for that.  

YOUR IMAGINARY SEEMS TO BE ORIENTED TOWARDS WILDNESS AND NATURAL LANDSCAPES. WHAT DRIVES YOU TO PHOTOGRAPH THME?

The reason why I got into landscapes photography is that I have had only a few oportunities to travel. I was first embarassed and then admitted that if I could open my eyes properly on what have been surrounding me forever I would be able to enjoy and find my heart’s desire here.  I sometimes find myself travelling to locations I already know and discovering some incredible places I did not expected, and they are just here, near and beautiful. What drives me to photograph them is the will to fix this transitory present moment and to try to make it match with my sensivity so it nourishes me durably.

 
 
 Montesquieu, Occitanie

Montesquieu, Occitanie

 
 

LES MÉDIAS SOCIAUX ONT AUJOURD'HUI UNE PLACE PRÉPONDÉRANTE DANS LA COMMUNICATION D'UN ARTISTE. QUELS IMPACTS ONT-ILS SUR TON TRAVAIL ET LA MANIÈRE QUE TU AS DE TRAVAILLER ?

Je ne me considère absolument pas comme un artiste. Je suis quelqu’un qui aime flâner dans un environnement qui lui fait du bien. J’aime ensuite revivre ces moments en développant les photos tout en jouant avec les curseurs pour faire que l’image les traduise au mieux, et surtout qu’elle me plaise. C’est mon frère (@nico_marr) qui m’a inscrit il y a deux ans et demi sur Instagram car j’ai quelques aprioris sur les réseaux sociaux. Instagram est orienté photo, je m’y suis donc intéressé. C’est d’ailleurs pour le moment le seul endroit où j’expose mes photos. Instagram m’a permis de me recentrer sur la photo de paysage afin d’avoir un feed homogène, et surtout de sortir le plus souvent possible pour l’alimenter. Et puis Instagram est une source d’inspiration et d’humilité permanente. Il y a un grand nombre de comptes de qualité qui ne sont d’ailleurs, pas forcément les plus connus. Il permet aussi de rencontrer d’autres passionnés même si le côté virtuel reste indéniable.

CHAQUE PHOTOGRAPHE À SON EDEN OÙ IL AIME PHOTOGRAPHIER MAIS ÉGALEMENT CONTEMPLER. SI TU DEVAIS NOUS CITER UN LIEU, TU CITERAIS LEQUEL ? 

Le Cambre d’Aze, dans les Pyrénées orientales est ma montagne favorite. Elle accueille une petite station de ski familiale et offre un domaine sauvage que j’affectionne particulièrement. Cette montagne usée par l’érosion reste majestueuse. Elle est accessible avec un peu d’entrainement, elle permet d’y pratiquer des activités montagnardes de tout niveau tout en restant exigeante. Il ne se passe pas une année sans que je fasse plusieurs ascensions sans jamais m’en lasser. À son sommet j’ai l’impression d’être le maître du monde.


TU ES AUJOURD'HUI LIÉ À UN PROJET DE PARTAGE ET D'ÉCHANGE QUI SE NOMME FRENCH ROAMERS. PEUX-TU NOUS EN DIRE PLUS ? 

Oui. J’ai eu la chance d’être invité à la naissance de ce collectif il y a maintenant quatre mois. Je suivais des comptes de blogueurs de voyage comme Vanessa (@leblogcashpistache) et Eloïse et Luc (@loeildeos). Lors d’une discussion sur Instagram, Vanessa m’a proposée de fournir quelques photos afin d’alimenter le hashtag Frenchroamers (#frenchroamers_) regroupant quelques photographes d’outdoor français. Puis l’idée d’un compte Frenchroamers (@frenchroamers) est né et sa concrétisation a été très rapide. Nous sommes donc cinq administrateurs (@leblogcashpistache, @loeildeos, @stef_kocila, @monsieuraventure et moi-même @sebastienmarroncles) et douze membres supplémentaires nous permettent d’alimenter un feed de qualité. Nous nous laissons aussi la possibilité de re-poster d’autres comptes, avec leur accord, pour permettre à chacun d’y trouver son compte. Nous partageons aussi régulièrement d’autres comptes en story.

NOWADAYS SOCIAL NETWORKS HAVE A CONSIDERABLE IMPORTANCE IN ARTISTS MEANS OF COMMUNICATION. WHAT KIND OF EFFECT DO THEY HAVE ON YOUR WAY TO WORK? 

I do not consider myself as an artist. I like to wander around in a environment that has a positive effect on me. And I like to live these moments again and again while I am developing and playing with the markers so I like the image which can translate these moments the best. Since I had negative preconceived ideas about social networks, it is my brother (@nico_marr) who signed me in Instagram more than two years ago. Instagram is more about photos so I got interested in it. By the way it is the only place where I exhibits my photographs. Instagram made me focus on landscapes photography so I could show an homogeneous feed, it also gave me a good reason to go out even more often. It is also a permanent source of inspiration and humility. There are many accounts of good quality, which are not necessarily the best known. In addition it makes possible to meet with other passionates even if the virtual aspect is undeniable.

EVERY PHOTOGRAPHER HAS HIS OWN EDEN THAT HE LOVES TO SHOOT AND CONTEMPLATE ASWELL. CAN YOU TELL US ABOUT YOURS?

The Cambre d’Aze in the eastern Pyrenees is my favorite mountain. There is a small and  familial ski resort and a wilderness for which I have a particular affection. This weathered mountain remains majestic. It is accessible with a bit of training and offers the possibility to practice mountain activities at all levels. Not a year goes by without I climb to its summit and I never get bored of it. Up there, I feel like the master of the world. 


TODAY YOU ARE INVOLVED IN A PROJECT NAMED FRENCH ROAMERS,  WHAT CAN YOU TELL US ABOUT IT?

Yes, I was lucky to get invited to the creation of this collective four months ago. I was following several bloggers’ accounts like Vanessa’s (@leblogcashpistache) or Eloïse and Luc’s (@loeildeos ). Once we were chating, Vanessa offered me to provide a few pictures to feed the hashtag Frenchroamers (#Frenchroamers_) which contained pictures of outdoor french photographers. Then the idea of a Frenchroamers (@frenchroamers) account was born and happened quickly. We are five administrators (@leblogcashpistache, @loeildeos, @stef_kocila, @monsieuraventure and myself @sebastienmarroncles) and twelve additionnal members who help us to maintain a feed of good quality. We also retain the possibility to repost from different accounts with their permission. Moreoveor we often share other accounts in our story.

 Cerdagne, France

Cerdagne, France

 Coming back on earth

Coming back on earth

 Mantet, Occitanie

Mantet, Occitanie

AS-TU DES PROJETS POUR L'AVENIR QUE TU AIMERAIS CONCLURE EN TERME DE PHOTOGRAPHIE ?

J’en ai deux en fait. Le premier serait de réaliser une série de portraits en argentique des derniers vieux du village dans lequel j’habite. Je trouve que les marques de la vie façonne les visages et que nos anciens sont beaux de leur existence. Le second serait de réaliser un livre de photos sur le Canigou. Cette montagne trône au quotidien sous les yeux des habitants de la région. Elle est la montagne emblématique des Catalans et elle regorge de coins peu connus car difficilement accessibles en voiture. Seule une marche de plusieurs heures permet d’accéder à ses pentes hors saison.

TOUT PHOTOGRAPHE A UNE DESTINATION QU'IL SOUHAITE DÉCOUVRIR. QUELLE EST LA TIENNE ?

Bien évidemment l’Islande ou la Norvège sont des destinations qui font rêver tout photographe, et je ne déroge pas à la règle. Le problème c’est que ce sont des destinations très à la mode, et quand bien même elles sont magnifiques, pléiade de photos de ces lieux se ressemblent. Un jour j’irai, c’est certain, mais en attendant je préfère réaliser mes propres découvertes auxquelles j’appose mon propre regard.

QUELQUES MOTS EN GUISE DE CONCLUSION ?

Déjà, un grand merci pour votre intérêt dans mon travail. Félicitations à vous pour votre initiative et tout le travail que vous y mettez pour la concrétiser. Ensuite, merci au numérique qui a permis de démocratiser la photographie et l’échange. Peut-être aussi m’aura-t-il permis de réaliser le rêve de travailler un jour en argentique. Enfin, merci à la mer Méditerranée et à ses montagnes toutes proches qui ravissent mon quotidien. Longue vie à elles, respectons-les, elles nous le rendent bien.

DO YOU HAVE ANY ONGOING PHOTOGRAPHICAL PROJECT?

Actually I have two ongoing projects. First is to realise a series of analogical portraits of my village elders. I find that life shapes people’s faces and that our elders are beautiful of their existence. The second project is to create a photo book of the Canigou. This mountain stands in the region, everyday visible by all its inhabitants. It is the emblematic mountain of the Catalans and there are plenty of wonderful lost corners. During the low season the only access to its slopes is a several hours walk.

EVERY PHOTOGRAPHER HAS A DESTINATION HE WISHES TO DISCOVER. WHAT IS YOURS?

Of course Iceland or Norway are dreamy destinations for every photographer and I am part of them. But they are fashionable destinations and even if they are just wonderful, you can find plenty of similar photographs representing them. Some day I will go there for sure but I prefer to wait and to apply my vision on my own discoveries.

ANY WORDS YOU WISH TO TELL AS A CONCLUSION?

First I would like to say many thanks for your interest in my work. Congratulation for your initiative and for the work you do to make it happen. Then, thanks to the digital for allowing to democratize photography and sharing. Perhaps it also helped me to realise my dream and to practice analogical photography someday. Eventually thanks to the Mediterranean sea and to its mountains nearby to delight my everyday love. Long live to them, lets respect them, they provide us so much.  

 
 
 Camping Pla de Barrès

Camping Pla de Barrès